Les démarches à faire auprès de l’assurance en cas d’accident

démarches l’assurance

Que faire en cas d’accident auto ? Quelles sont les démarches à faire auprès de son assureur ? Voici un guide qui explique en détail ce qu’il faut faire lorsqu’on est victime d’un accident de la route. Le constat d’accident de voiture est indispensable en cas de dégradation du véhicule, incendie, vol et même lors d’un accident sans tiers. Dans le cas où la voiture est irrécupérable, il existe une autre solution : faire appel à un service d’enlèvement d’épave. Comment faire pour bénéficier d’un enlèvement épave gratuit ?

Bien remplir le constat amiable puis déclarer l’accident

Un automobiliste assuré détient un modèle de constat amiable remis par sa compagnie d’assurances. Il est important de toujours l’utiliser lors d’un accident de la route et en cas de blessés. Le document à remplir facilite le traitement du dossier de dédommagement, car il rassemble de nombreux renseignements relatifs à l’accident. En effet, le document concernant ce constat accident de voiture permet d’indiquer les circonstances du sinistre, détailler les dégâts apparents et renseigner sur l’assurance des véhicules. Ce dernier point concerne les coordonnées des assurés, numéro des contrats et non des sociétés d’assurances.

Le formulaire représente la meilleure solution pour informer rapidement l’assureur de l’accident. Le document est complet lorsque la partie constat qui est le recto de l’imprimé est remplie et signée par les 2 conducteurs concernés par l’événement. Le verseau du document représente la partie déclaration. Cette partie du formulaire est à remplir individuellement par chaque conducteur. Le constat amiable qui représente la déclaration d’accident doit être expédié dans les 5 jours ouvrés à partir de l’accident. Chaque conducteur doit envoyer les documents à sa compagnie d’assurances respective.

Procédure d’indemnisation après un accident de la route

Le constat d’accident de la route permet aux automobilistes d’accélérer les procédures d’indemnisation. Dans la plupart des cas, les conventions passées entre plusieurs sociétés d’assurances aident les automobilistes assurés à accélérer le traitement de leur procédure d’indemnisation. Grâce à la convention IRSA qui s’occupe de l’indemnisation directe des dégâts automobiles et la convention IRCA, qui concerne les dommages corporels, les victimes de l’accident seront dédommagées plus rapidement par leur propre assureur.

Une indemnisation directe permet à chaque assureur de responsabilité civile de couvrir directement ses clients victimes de sinistres. De cette manière, l’assureur du conducteur qu’il soit fautif ou non, indemnise son propre client pour le compte de l’assureur du responsable. Cette indemnisation est totale si l’assuré n’est pas tenu responsable de l’accident. L’indemnisation est partielle lorsque la responsabilité est partagée. Rappelons que dans le cas où l’assuré est tenu totalement responsable de l’accident, il ne pourra être indemnisé qu’à condition qu’il ait souscrit une garantie dommage tout accident ou garanti dommages collision.

Démarche à suivre après un sinistre

En cas de sinistre nécessitant l’intervention de la compagnie d’assurance auto, la première étape à suivre est de remplir la déclaration du sinistre. Dans le cas où l’autre conducteur refuse de signer le constat accident de voiture, il faudra relever son identité, l’identité des témoins et le numéro d’immatriculation du conducteur réfractaire. Il faudra songer à prendre des photos des dégâts, le lieu de l’accident et ne pas oublier de joindre ces preuves au constat d’accident de voiture. Établir un devis estimatif des réparations des dégâts en précisant les coordonnées du garage fait partie des démarches complémentaires à réaliser après l’accident de la route.

Si l’accident a provoqué des dégâts corporels, l’assuré prévoyant qui aura souscrit une garantie personnelle du conducteur devra transmettre à son assureur un certificat médical. Précisons que la déclaration de sinistre doit être envoyée à sa compagnie d’assurance dans les 5 jours ouvrés. En cas de vol, l’automobiliste dispose d’un délai de 2 jours ouvrés pour porter plainte et expédier le récépissé de dépôt de plainte à son assureur.